La Kabbale en Afrique

Tout ce qu'il faut savoir pour dévoiler les secrets et mystères de la Kabbale


Poster un commentaire

Le but – L’amour d’autrui

Question: Alors, quelle est la chose la plus importante que nous devons dire aux gens ?

Réponse: Nous devons atteindre les gens avec le fait que sans un changement dans la nature de l’homme de la haine des autres à l’amour, nous allons contre l’évolution de la nature en une forme intégrale et avec ce que nous sommes invoquonq de plus en plus de problèmes personnels et collectifs.

Nous devons en parler dans tous les canaux de communication, qu’acquérir la caractéristique de « l’amour de l’autre» est l’objectif de la sagesse de la Kabbale, c’est le résultat correct du bon travail spirituel ( l’œuvre du Créateur ).

C’est la différence entre la sagesse de la Kabbale et la religion : la Kabbale accepte la condition que « Tu aimeras ton prochain comme toi-même» est la grande règle générale de la Torah, tandis que la religion suppose que l’essentiel est de faire les exigences physiques. Par conséquent, elle abandonne la correction de la nature humaine, qui est ce que pour quoi elle a été spécialement conçue.

La Kabbale considère que si l’objectif n’est pas « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », alors toute la Torah n’est pas respectée parce que c’est la règle générale qui englobe toute la Torah, puisque précisément cet objectif amène la personne à la caractéristique du don, à Lishma, à l’amour du Créateur.

Si une personne n’aspire pas à s’élever au-dessus son ego, alors ses actions ne font qu’accroître l’ego. Et au lieu d’approcher la caractéristique du don et de l’amour, c’est-à-dire la révélation du Créateur, alors elle s’éloigne du Créateur et se transforme en «multitude mixte» qui sont ceux qui« craignent Dieu et servent Pharaon », dont la totalité de actions sont pour le bien de leur ego, pour l’amour d’une récompense dans ce monde et dans l’autre monde .
Extrait du blog du Kabbaliste Rav Michael Laitman


Poster un commentaire

L’amour est le chemin du bonheur

« L’amour ne meurt pas. Les partenaires qui s’aiment beaucoup, même après des décennies de mariage, ressentent ce sentiment d’euphorie (causée par la sécrétion de la dopamine, l’hormone du plaisir), comme le font les couples fraîchement amoureux. La différence est ici : avec ceux qui n’ont pas été amoureux depuis longtemps, il a été observé qu’il y a augmentation de l’activité des régions du cerveau responsables de la passion et de l’excitation. Et avec les partenaires qui sont amoureux depuis une longue période, les activités dans les zones de calme et de suppression de la douleur sont devenues importantes.

Premier coup d’œil. L’amour s’éveille à un cinquième de seconde après contact avec les yeux, et s’exprime avec une forte stimulation dans 12 régions du cerveau. Le nombre d’hormones qui sont sécrétées dans le sang est différent, ce qui perturbe l’activité normale du système nerveux. De là vient l’expression : « L’amour fait perdre la tête. »

Une drogue qui n’est pas nocive. L’amour influence les gens comme cela : ils oublient des choses évidentes et perdent leur capacité à se concentrer, ce qui veut dire que l’amour influe sur le corps humain de la même façon que les drogues. La mémoire et la concentration deviennent moins actives quand une personne voit une image de l’objet de son amour. »

Mon commentaire : L’amour spirituel (pas celui qui est égoïste ou naturel, comme l’amour d’une mère pour son enfant ou l’amour pour une personne du sexe opposé, ce qui remplit l’ego), l’amour qui se crée en nous « artificiellement » avec le aide de la Lumière supérieure (la Lumière Environnante – Ohr Makif) selon une méthode particulière (la méthode de l’éducation intégrale), qu’en dépit de notre ego, l’on aime les autres, c’est dans ce genre d’amour que le sentiment d’un pouvoir supérieur se découvre parce qu’une personne commence à voir le monde à travers d’autres personnes, dans leurs désirs et leurs caractéristiques. De cette façon, la personne « laisse » son corps (les sens) jusqu’à ce que la création soit comprise comme un champ éternel de pouvoir et d’émotion.
Extrait du blog du Kabbaliste Rav Michael Laitman


Poster un commentaire

Etude de la Kabbale: Mode d’emploi

Question: Qu’est-ce que la Kabbale?Comment étudie t-on la Kabbale?

Reponse: Cette étude de soi-même et du monde, l’étudiant de kabbale la mène dans son for intérieur, c’est la raison pour laquelle la Kabbale est appelée « la sagesse non révélée ». La personne qui s’y livre est le siège de changements internes qu’elle est seule à connaître et à ressentir. Ce processus se produit à l’intérieur de la personne, est adapté à elle, lui est unique, et elle est la seule à le comprendre


Poster un commentaire

Le dépassement des pouvoirs humains

Les efforts qui sont nécessaires pour notre avancement sont au-delà des forces humaines, car le désir de profiter seul ne peut pas se libérer de l’égoïsme. Cependant, nous pouvons agir d’une manière qui nous dirige vers la correction au mieux de nos capacités dans les circonstances qui ont été préparées pour nous par la Lumière.

Jusqu’à présent, nos efforts sont associés à notre niveau actuel, c’est-à-dire qu’ils sont au niveau minéral, végétal et animé. Cependant, si nous faisons tous les efforts nécessaires au niveau animé, la Lumière Supérieure commencera à nous influencer et à nous changer. La quantité d’efforts nécessaires sera atteinte et la Lumière Supérieure finira le travail comme il est dit : « a fait des efforts et a trouvé… »

Toutefois, si la Lumière dirige tout ce qu’il y a et influence nos désirs, comment pouvons-nous éventuellement faire des efforts, même les plus infimes mouvements ? Il n’y a rien à part la Lumière et le désir qui s’oppose à elle. La troisième, une force supplémentaire qui nous permet d’agir, est le résultat de la brisure du désir.

Cela signifie qu’il existe de multiples éclats du désir autour de nous qui sont détachés les uns des autres en raison de leur nature égoïste. Si nous avions agi à notre « niveau » et essayé de nous rapprocher avec d’autres, nous « changerions » sous l’influence de la Lumière. Ce monde est la dernière marche la plus basse de l’Univers qui nous permet d’agir contre notre propre volonté. C’est pourquoi quelqu’un est capable de s’unir avec un ami comme s’ils avaient été rapprochés ensemble par la Lumière. Ce n’est pas vraiment réel : les désirs ne changent pas à cause de nos actions, mais notre impact sur la Lumière change et c’est pourquoi le système fonctionne.

Le miracle se produit au niveau de ce monde tellement bas et secondaire qu’il est tout à fait contraire à la spiritualité. D’une part, ce monde est totalement détaché du domaine spirituel, et d’autre part, il nous présente une merveilleuse occasion qui nous permet, grâce à la convergence physique et externe et de fausses actions, d’influencer nos désirs internes. Nos désirs internes ont un impact sur la Lumière qui Répare, qui à son tour commence secrètement à nous influencer jusqu’à ce qu’elle change vraiment notre désir.

Cela signifie que même si nous demeurons dans ce monde et n’avons pas avancé trop loin au-delà des singes, nous avons encore une possibilité interne de saisir l’extrémité d’un fil qui se prolonge pour nous depuis l’En-Haut, qui nous sortira vers le monde de la Lumière Supérieure. Si nous utilisons les voies de recours qui nous sont données et si nous comprenons qu’elles nous sont accordées d’En-Haut, nous allons déclencher l’éveil vital d’en bas (itaruta de-letata) qui à son tour suscitera l’éveil d’En-Haut (itaruta de-leila).

Pour y parvenir, tout ce dont nous avons besoin est une bonne compréhension de la séquence de travail à faire : ce que nous devons exactement atteindre et ce que la Lumière est en réalité. Ce type de compréhension va nous protéger des erreurs et des fausses attentes à propos du salut arrivant sans nos efforts préliminaires, et en pensant qu’avec le temps, tout s’arrangera par soi-même. On ne devrait jamais être induit en erreur de penser qu’il y a des gens qui peuvent facilement surmonter toutes les étapes, et qui n’ont pas à passer par les « 400 ans d’exil ». Ils n’existent tout simplement pas. Nous devrions garder à l’esprit que nous devons tout faire nous-mêmes et travailler dur pour construire un groupe, atteindre l’unité et la garantie mutuelle, et révéler le pouvoir de connexion entre nous.

Si nous nous rendons compte que l’on nous donne tous les recours possible pour atteindre le résultat auquel nous aspirons, pour mettre en œuvre le but de notre vie, nous ne serons pas désespérés, mais plutôt, nous continuerons notre travail et atteindrons le succès. D’ailleurs, quand tous les calculs sont faits, nous aurons à nous élever au-dessus des résultats et comprendrons que la simple possibilité de faire des efforts est en fait la récompense que nous cherchons !
Extrait du blog du Kabbaliste Rav Michael Laitman


Poster un commentaire

Vous pensez donc être un prodigue en Kabbale?

Trois questions reçues d’étudiants débutants:

Question: Nous vivons au centre de l’île des Philippines, et il n’existe pas de kabbalistes reconnus. Pouvons-nous apprendre la Kabbale de vous? Avons-nous besoin d’une réelle personne pour activer les 10 Sefirot sur nos corps? Qui est notre initiateur s’il n’y a pas ici de représentants du Centre de Kabbale?

Ma réponse: Si vous vous connectez à notre étude, au groupe, à l’unification et à la diffusion via internet, cela vous donnera tout ce dont vous avez besoin pour avancer spirituellement.

Question: J’ai toujours recherché quel était le sens de ma vie, mais je n’ai jamais trouvé un enseignement suffisemment bien pour remplir l’espace vide et pour compléter les pièces manquantes du puzzle, jusqu’à ce que je vous rencontre et votre merveilleux enseignement. Je voudrais juste vous exprimer ma gratitute et au Créateur pour amener la Lumère à ce monde et de la partager avec un aveugle tel que moi.

Ma réponse: Conservez cette admiration: elle vous donnera la force pour avancer vers le Créateur et bonne chance!

Question: Que dois-je faire si je sens que je suis un prodigue de Kabbale à 20 ans? Dois-je juste continuer à étudier ou suis-capable d’enseigner à partir de mes propres analogies de ce que j’ai appris jusqu’à présent?

Ma réponse: Votre savoir est une illusion. Vous devez laisser les textes kabbalistiques entrer en vous, et ce faisant, vous verrez bientôt combien vous vous êtes trompés.
Extrait du blog du Kabbaliste Rav Michael Laitman


Poster un commentaire

En quoi un kabbaliste est-il différent d’un médium ?

Question : De quelle manière le « sixième sens » qu’acquiert un kabbaliste est-il différent des capacités d’un médium ?

Réponse :
Il y a certaines personnes dans notre monde qui sont plus sensibles que les autres. Et elles sont appelées médiums parce qu’elles peuvent divulguer divers phénomènes matériels qui sont invisibles pour les autres.

Mais les kabbalistes ne se mêlent pas de cela. Un kabbaliste ne prédira pas l’avenir, ne fabriquera pas d’amulettes ni ne donnera de bénédictions.

Il est uniquement concerné par la correction de toute la création de sorte que les forces qui viennent dans notre monde agiront plus favorablement pour quiconque. S’il devait être préoccupé par quelqu’un selon son choix (oui pour certains et non pour d’autres), ce ne serait plus le don sans réserve et l’amour des autres.

Un kabbaliste est préoccupé par toute chose étant pour le mieux et pour le monde entier. Il ne se permettra pas de faire quelque chose de spécial pour ses proches ni pour lui-même et d’oublier les autres.


Poster un commentaire

Qui est kabbaliste?

Question: Pourquoi les kabbalistes affirment que la sagesse de la Kabbale est une science c’est a dire que c’est une étude basée sur des faits et des preuves?

Réponse: Un kabbaliste ne modifie pas les conditions extérieures comme un scientifique le fait, mais plutôt change ses attributs internes et étudie le changement de la perception interne du monde.

Un scientifique étudie la nature minérale, végétale, et animale, alors qu’unkabbaliste étudie la nature au niveau d’un être humain, Adam, issu du mot hébreu « Domé » – ressembler au Créateur, car il dit que le Créateur a créé l’homme à son l’image et à Sa ressemblance.

Par conséquent, lorsque nous étudions l’homme comme la sagesse de la Kabbale le suggère, nous étudions le Créateur en l’étudiant sur nous-mêmes, et par conséquent nous changeons jusqu’à ce que nous devenions comme Lui.

Ainsi nous atteignons la pensée, le plan et le but ultime de la création et le monde devient plus clair et gérable …
Extrait du blog du Kabbaliste Rav Michael Laitman