La Kabbale en Afrique

Tout ce qu'il faut savoir pour dévoiler les secrets et mystères de la Kabbale


Poster un commentaire

L’avenir d’une personne dépend et est lié à sa gratitude pour le passé

Quand une personne regarde son histoire, les quelques décennies qu’elle a vécu, elle voit comment le Créateur l’a amenée à son état actuel, en l’approchant peu à peu de Lui, en la faisant traverser tant d’états qui semblent inutiles, ridicules et qui semble être des situations tout à fait absurdes, des périodes de vie qui semblent tout à fait inutiles.

En fait, quand une personne accepte tout, même si elle ne comprend pas encore pourquoi elle a dû passer par tout cela, la gratitude pour le fait que le Créateur l’a amené à son état actuel tout au long de cette voie et pour le fait qu’elle commence à révéler le Créateur maintenant, grâce à sa gratitude justifiant le passé, elle parvient à l’intention correcte, à l’état correct dans le présent.

« Article 26 » du livre Shamati, « L’avenir d’une personne dépend de et est liée à sa gratitude pour le passé», parle aussi de la façon dont il est impossible de se rapporter à l’avenir correctement si vous ne justifiez pas vos états passés en acceptant totalement le fait que tout cela vient de « Il n’y a rien hormis Lui. » Si cela se produit, c’est un signe que tout devait se passer comme cela s’est passé jusqu’à présent, et une personne ne doit pas regretter ce qui s’est passé d’une façon ou d’une autre.

Ce n’est qu’à partir de l’état actuel, lorsque tous les comptes antérieurs sont bouclés, qu’une personne peut remercier par avance pour l’avenir et être dans un état de désir de donner libre, de libre circulation vers le Créateur, quand il n’y a rien de négatif dans leurs relations passées. En corrigeant son attitude envers le passé, la personne se prépare pour l’avenir.

Le Créateur nous a fait intentionnellement subir toutes sortes de rebondissements, de virages et de métamorphoses, et conserve en nous un mauvais souvenir de ces événements. En fait, nous ne nous souvenons pas des moments positifs, nous ne nous souvenons que des effets négatifs, parce que l’ego se souvient des moments où il n’a pas reçu, où il a été trompé, où il aurait pu gagner, mais a perdu, etc… Si je justifie la Providence du Créateur dans le passé, celle-ci ne compte pas comme le passé, mais est plutôt transférée à l’avenir. Ainsi, je construis un récipient, une attitude correcte envers l’avenir, et je suis prêt à aller de l’avant.

Il est donc impossible de démarrer à partir du moment actuel simplement en effaçant le passé. Il nous a été donné de sorte que maintenant, en ce moment, nous soyons en mesure de regarder correctement vers l’avenir et de nous relier correctement au Créateur.

Si je suis totalement réconcilié et accepte avec gratitude tout ce que j’ai ressenti comme négatif à l’égard de moi-même, du monde, de mes parents, et de personnes plus éloignées, jusqu’au Créateur et tout ce qu’Il a fait pour moi, si je comprends bien que grâce à cela j’ai traversé mon chemin, et que maintenant, je suis parvenu à le surmonter, malgré mon ego, malgré mes critiques égoïstes, je peux transformer tous mes sentiments antérieurs en de la gratitude, en une adhésion au Créateur. Ce n’est pas que je Lui pardonne tout simplement, mais plutôt que je comprends, je perçois et ressens maintenant que j’ai une chance de commencer une relation avec Lui, que je suis ainsi prêt à Le révéler.

Par conséquent, l’avenir d’une personne dépend et est lié à sa gratitude pour le passé. Si nous corrigeons notre attitude à l’égard du passé en transformant la critique en reconnaissance, la tristesse et la déception en joie, nous créons le récipient correct pour la révélation du Créateur.
Extrait du blog du Kabbaliste Rav Michael Laitman


Poster un commentaire

La seule manière d’être heureux

La seule manière d’être heureux

Question: Si la créature a été créée afin de recevoir du plaisir du Createur, alors pourquoi faut-il qu’une personne travaille en vue d’atteindre le don sans réserve au Créateur et ne peut pas t-elle pas tout simplement profiter de la vie et de la bonté du Createur?

Réponse: Une personne peut parfois profiter de la vie corporelle, mais pas toute sa vie et pas tout le temps. Même les gens très riches, qui ont vraiment tout, ne peuvent pas ressentir du plaisir à chaque instant de leur vie, car ce n’était pas le but de la création.

En regardant de près, nous verrons que même la vie d’un roi n’est pas facile. Le Créateur organise un rôle pour tout le monde et oblige une personne à progresser en fonction du but de la création, dans une bonne ou une mauvaise façon. Habituellement, les gens avancent par le chemin de la souffrance, qui est appelé «en son temps ». Mais si l’âme d’une personne a une racine spéciale, on lui donne une chance d’accélérer son développement, de «sanctifier le temps», ce qui signifie qu’elle peut effectivement participer à l’œuvre du Créateur. Pour ce faire, elle doit tenir sur deux forces à l’intérieur, et non pas fonctionner selon une force comme les gens ordinaires.

Il est impossible de n’avancer que par les plaisirs du monde corporel. Nous voyons que le monde s’enfonce dans la plus grande souffrance, malgré le progrès technologique qui permet apparemment la pleine prospérité. Le Créateur perturbe toutes nos tentatives pour organiser notre vie corporelle et ne nous laisse pas en profiter. Le mauvais penchant qu’Il a créé ne cesse de nous contrôler, détruisant ainsi tous nos bons débuts.

Si nos tentatives n’ont pas contredit le but de la création, alors, indubitablement, tout se serait arrangé. Nous vivrions comme des animaux en fonction de nos instincts et le plan de la nature, et tout le monde trouverait sa place dans la symbiose générale. Cependant, nous ne pouvons pas le faire car nous devons atteindre un état particulier.

Il s’agit en particulier de ceux chez qui le « point dans le cœur  » s’est éveillé, mais tous les gens souffrent parce qu’ils sentent les forces qui les obligent à se développer. Ce qui se passe « en dessous de la raison», inconsciemment, sans comprendre où, pourquoi, et comment ils devraient se développer, et quelles sont les forces qui les gèrent et les poussent en avant. Une personne essaie instinctivement pour éviter une désagréable, et mauvaise influence et est tirée à la bonté. Tous ses calculs sont basés uniquement sur l’endroit où il y a moins de souffrances et plus de bien.

Toutefois, pour les âmes particulières, le Créateur a préparé une voie spéciale du développement par le bien. Elles doivent convoquer les forces qui les développent par elles-mêmes: la Lumière supérieure environnant qui raùène vers le bien. Ces gens sont heureux au sujet des mauvais sentiments, tout comme ils le sont des bons sentiments, sachant et comprenant que tout ne vient que du Créateur, qu’il n’y a rien hormis Lui, et qu’Il joue avec nous.

Cette vie est entièrement un jeu car le supérieur développe l’inférieur grâce à un jeu, et nous avons seulement besoin d’accepter les règles de ce jeu, en dépit de sa complexité, sa confusion, et de sa difficulté. Nous devons nous efforcer grandement afin d’identifier le jeu du Créateur et de rester connecté à Celui qui joue avec nous. Dans ce cas, nous nous trouvons entre les deux forces, Pharaon et le Créateur, et sommes heureux de la chance d’avancer. Ensuite, on ne peut vraiment progresser que de la bonne manière!

Les personnes qui peuvent tenir sur ces deux forces et les gérer par elles-mêmes comme avec des rênes ou qui peut devenir comme un cheval qui avance par lui-même en devinant les désirs du cavalier, ces gens sentent qu’ils sont heureux. Ils ont beaucoup de problèmes. Le monde entier, pour lequel ils sont responsables, est sur leurs épaules, mais ils sont heureux de leur rôle, à propos de la connexion au Créateur, qui commande leurs satisfactions.
Extrait du blog du Kabbaliste Rav Michael Laitman


Poster un commentaire

Rechercher la source de toute réalité

Une personne qui aspire à découvrir le vrai monde, qui veut savoir pour quoi et pourquoi elle vit sur cette terre et ce qui se passe ici en général, se voit comme un enquêteur qui apprend au sujet du monde afin de le comprendre et de le ressentir. Mais en fait, ce n’est pas la bonne approche, car au centre du monde se trouve le plus grand pouvoir et pas nous. Il déplace et détermine tout. Et si nous voulons enquêter sur le monde, alors nous devons toujours adhérer à ce pouvoir supérieur.

Afin de découvrir vraiment l’image du monde, il est nécessaire, tout d’abord, de voir cette source de toute la réalité et tout ce qui se passe en son sein. Je dois savoir que tout est dérivé d’une seule puissance. Et toutes les créatures, y compris moi-même, le minéral, le végétal, l’animal et l’homme, tout ce qui existe dans ce monde, ce que nous savons et ce qui est encore inconnu, est reçu à partir de cette source plus élevée.

Je dois concentrer mon attention particulièrement sur cela, sur le Créateur. Cela signifie que tous les événements qui se produisent avec moi et avec les autres, toutes nos sensations, tout le passé, le présent et l’avenir, tout vient du Créateur et pour un unique but, pour nous amener à Lui.

Mais jusqu’à ce que nous venions à Lui, il est nécessaire de recevoir toutes sortes d’observations de Lui ; il n’est pas important de savoir si elles sont négatives ou positives. Nous devons toujours nous trouver entre ces expériences et ces observations, et ainsi à maintes reprises nous en apprenons de plus en plus à propos de Lui.

Ces étapes de notre progression vers le Créateur sont appelées « cinq mondes » (Olamot), qui vient du mot « Alama » (dissimulation) : Assiya, Yetsira, Béria, Atsilout, Adam Kadmon, après quoi vient le monde de l’Infini où nous fusionnons avec le Créateur comme un tout unique. Ainsi, pas à pas, nous nous approchons de Lui, disons de 20% à chaque étape, jusqu’à ce que nous atteignions cent pour cent de ressemblance et d’équivalence, de compréhension et de perception du Créateur.

Il s’ensuit que je n’ajoute pas toutes les sensations internes de nos corps et les expériences personnelles aux gens autour de moi qui apparemment les produisent, mais plutôt au Créateur. Toutes les personnes, tout le monde, y compris mon corps et moi-même, sont mus par Lui. J’ai donc uniquement besoin de savoir comment me comporter correctement vis-à-vis de tout ce qui se passe : tout d’abord, n’oubliez pas que tout vient du Créateur ; deuxièmement, il s’agit de m’apprendre à Le comprendre.

Cela signifie que je dois tirer des conclusions de tous ces états que je traverse et voir un bon signe dans ce que je ressens maintenant. C’est parce que le Créateur n’a rien créé de mauvais et si je suis dirigé vers Lui, alors je ne peux pas ressentir quelque chose de mauvais. Mais si je suis dirigé vers une autre direction, alors ce sera mauvais pour moi. Comme je continue à suivre sans cesse, comme un radar, ce point de vue du monde et tout ce qui se passe, j’absorbe l’attitude du Créateur, ce qui signifie que je vois que tout vient de Lui pour me diriger vers Lui et uniquement avec ce qui est bon.

Ainsi, il est écrit (Psaumes 97:10) : « Ô vous qui aimez le SEIGNEUR, haïssez le mal. » Nous commençons à découvrir que, lorsque nous visons dans la bonne direction, vers le Créateur, alors tout ce qui s’oppose au don sans réserve se découvre comme étant mauvais. Ceci parce que, être dirigé vers Lui nous oblige à être comme Lui. C’est ce que nous devons apprendre à chaque seconde de nos vies.
Extrait du blog du Kabbaliste Rav Michael Laitman


Poster un commentaire

Comment une personne ordinaire peut-elle devenir comme le Créateur ?

Question : Comment une personne ordinaire peut-elle devenir comme le Créateur ?

Réponse : Selon ses caractéristiques. Toutes les propriétés d’une personne sont diamétralement opposées à la force supérieure. Il faut commencer par les transformer.

Tout ce qu’il y est en moi, je dois apprendre à le transformer progressivement en son opposé, comme dans un miroir. Ce n’est pas compliqué.

Il se trouve que je ne suis même pas obligé de creuser en moi-même ou d’apprendre quoi que ce soit ! Après tout, je ne connais pas le Créateur ni Ses propriétés. Par conséquent, je dois venir à un groupe de personnes qui ont des opinions comme les Siennes, de préférence pas plus de dix personnes, et je dois commencer à me rapprocher d’elles selon une méthode que la sagesse de la Kabbale nous explique.

Le rapprochement arrive malgré notre refus, notre méfiance et notre hostilité, nous changeant et nous rendant comme le Créateur.

Nous ne devons pas les changer eux-mêmes. Cette convergence nous transformera automatiquement. Nous devons seulement commencer à chercher un langage commun entre nous. Vous ne pouvez pas imaginer combien cela fonctionne facilement. La convergence nous change progressivement pour achever la similitude avec le Créateur.

Question : Comment atteignons-nous les caractéristiques du Créateur ?

Réponse : Ceux qui étudient la sagesse de la Kabbale atteignent cela dans la connexion entre eux.

Commentaire : Le travail de groupe est bien connu de l’humanité, par exemple, chez les Alcooliques Anonymes, les Narcotiques Anonymes, etc.

Réponse : Dans de nombreux cas, le travail de groupe est un facteur positif et un moyen de se sortir de situations difficiles. Mais dans les groupes de ceux qui étudient la Kabbale, l’intention est d’acquérir la caractéristique unique de devenir comme la force supérieure selon la méthode d’étude des kabbalistes.

Question : Est-il nécessaire pour une personne d’avoir le désir de ressembler au Créateur dès le départ ?

Réponse : Oui, il faut avoir le désir maintenant, spécifiquement tout en vivant dans ce monde, pour révéler la force supérieure, l’éternité, la complétude, l’état suivant.

Question : Et si jamais ce désir n’existe pas chez une personne ?

Réponse : Ce désir existe à l’intérieur de tout le monde, mais il est flou, fermé par une couche égoïste. Une personne le rejette ; elle ne veut pas y penser. Pourquoi devrait-elle penser à quelque chose qui pourrait être dans le futur dont le où, le quand et le comment ne sont pas clairs, tandis qu’elle a des besoins ici et maintenant ? Voilà comment elle parvient à s’embrouiller jusqu’à la fin de sa vie et tout à coup la vie se termine et elle meurt.

La formidable occasion de faire quelque chose avec elle-même disparaît. Juste avant la mort, une personne ressent l’amertume qu’elle a vécu sa vie de cette façon.

En revanche, en travaillant dans un groupe de dix personnes selon la méthode de la Kabbale, on commence à nettoyer la couche égoïste, comme dans une fouille archéologique. La connexion entre nous que l’on appelait autrefois un groupe ou le monde et qui était notre égoïsme commun se transforme en une connexion altruiste et en amour mutuel. Cette nouvelle caractéristique s’appelle le Créateur. La participation dans un groupe d’étude comme cela est comme voler vers le haut, ce qui conduit au prochain niveau de développement.

Les gens qui étudient cessent de se ressentir comme existant dans un corps ; ils commencent à croire, à voir et à découvrir le prochain système d’existence. L’humanité tout entière doit parvenir à ce développement car nous avons existé sur la face de la Terre à travers toutes les générations à cette intention.

Extrait du blog du Kabbaliste Rav Michael Laitman(Blog Michael Laitman)

Mon commentaire: 
Les kabbalistes, personnes qui ont dévoilé l’entière réalité nous disent la chose suivante: Il existe une force qui gouverne toute la réalité et cette force est bonne et bienveillante. Cette force ne fait qu’une seule chose: Donner sans reserve aux Creatures. Seulement nous les creatures nous le ressentons pas! Chaque pas, chaque battement d’oeil, chaque brin d’air que nous inspirons ou expirons est effectué par cette force.  En permanence tel l’ordinateur de bord d’un avion nous sommes activés par cette force. Le but de cette force est que nous devenions semblable a cette force, que nous acquérions les memes qualités et qu’en fait de compte nous devenions indépendant.

Dans le but de nous permettre de grandir, cette force nous donne l’impression que nous sommes maitres de notre propres actes, que nous pouvons prendre des décisions dans notre vie et agir par nos propres moyens. Les kabbalistes nous disent donc que cette force s’est cachées de nous et a la place nous sommes téleguidés par un programme intérieur appelé Désir de recevoir. Ce programme a l’intérieur de chacun agit de la façon suivante: recevoir le maximum de plaisir et fuir le maximum  de souffrance. Autrement dit, a chaque moment tel un calculateur super puissant, ce programme a l’intérieur de moi, sans meme que je le ressente, fait un calcul pour moi: comment de chaque situation qui se présente a moi est-ce que je peux retirer le maximum de plaisir. Que nous le voulions ou pas, que nous nous en rendions compte ou pas c’est comme cela que nous avons été créée. Meme quand il me semble que je fais le plus grand bien aux autres sans rien vouloir en retour, c’est encore pour en trouver satisfaction.

La seule façon de changer ce programme est de changer ma nature, a savoir passer d’une nature égoiste a une nature altruiste. La sagesse de la kabbale est la seule méthode qui permet un tel changement! Devenir comme le Createur ne signifie pas devenir un saint ou alors donner tout ce qu’on a matériellement, c’est plutôt ce que les kabbalistes appellent un changement d’intention. Toute l’humanité arrivera a ce point!


Poster un commentaire

Un marteau et une enclume

Question : Il y a une soif de connaissance et de spiritualité qui se réveille aujourd’hui. Est-ce que la force qui est contre la connaissance et l’accomplissement apparaît en même temps ?

Réponse : Il doit en être ainsi ! On donne à une personne à la fois la force d’attrait et de rejet afin qu’elle se découvre à travers ces deux forces.

Si une personne progresse uniquement par la force de la nature, ce sera le résultat de la force évolutive instinctive qui a poussé l’humanité à se développer pendant des millions d’années. L’humanité ne s’est pas développée par elle-même, mais a été développée par ces forces.

Lorsqu’une personne veut se développer sous la pression d’une force extérieure, et qu’en même temps, il y a une autre force extérieure qui est une force de résistance, une personne ressent comme si elle était entre le marteau et l’enclume. C’est le point à partir duquel une personne peut se développer et se découvrir, et grandir à travers ces deux forces opposées. Une personne se transforme en une créature spirituelle à travers le bon conflit entre les deux forces.

La force supérieure conduit une personne à clarifier les choses entre ces deux forces pour former la troisième force à travers elles, qui est appelée la ligne médiane.

Question : Peut-on dire qu’il y a plusieurs atteintes spirituelles, ou est-ce qu’il y en a qu’une seule ?

Réponse : La nature de notre monde est l’ego, et la nature du monde supérieur est l’attribut du don sans réserve, qui est exprimé par l’altruisme.

C’est au-dessus du conflit entre ces deux forces que nous ressemblons au Créateur. Il n’y a pas d’autre moyen.

Par conséquent, toutes les méthodes qui utilisent différentes forces, actions et manipulations ne connaissent tout simplement rien au sujet de ces deux paramètres majeurs dans la nature, la force de la réception et la force du don sans réserve, l’une opposée à l’autre.

Extrait du blog du Kabbalist Rav Michael Laitman( Blog Michael Laitman)


Poster un commentaire

Devenir comme le Créateur

Question : Comment peut-on devenir comme le Créateur ?


Réponse : La sagesse de la Kabbale traite de la révélation du Créateur à chaque personne dans notre monde. Pourtant, une personne peut atteindre le Créateur uniquement dans la mesure où elle est comme Lui.

Nos qualités doivent correspondre à ce que nous voulons révéler. Après tout, tout ce que nous atteignons dans ce monde provient de l’équivalence de forme avec ce qui existe dans la nature. Par conséquent, nous créons différents capteurs, détecteurs, qui sont capables de déterminer ou de sentir des objets ou des phénomènes comme nos sens le font.

Au cours du développement de l’homme, il avance pour ressembler au Créateur, atteignant une adhésion absolue à Lui, même dans les plus petits attributs, et vers le remplacement de l’ensemble de ses qualités égoïstes présentes de base.

Tôt ou tard, chacun d’entre nous devra atteindre cela, si ce n’est pas durant la vie présente, alors ce sera dans la prochaine. Nous serons obligés de revenir dans ce monde et d’atteindre le but de la création de toute façon. Dans la mesure où nous formons les propriétés du Créateur à l’intérieur de nous, occupant progressivement tout l’espace, nous commencerons à nous ressentir à Sa place. Après tout, la sagesse de la Kabbale révèle le système qui régit l’univers, ce qui rend possible le fait pour nous de devenir les partenaires du Créateur.

Pour corriger nos qualités égoïstes en qualités altruistes, nous devons attirer des forces spéciales à partir d’une couche d’information plus élevée de l’univers, qui nous changera. De ce fait, notre tâche revient à attirer sur nous-mêmes les forces supérieures qui nous transformeront pour devenir comme le Créateur.

Extrait du blog du Kabbaliste Rav Michael Laitman(http://laitman.fr/2016/06/03/devenir-comme-le-createur/)


Poster un commentaire

Une personne est un monde à part entière

Une question reçue: Comment une force supérieure extérieure équilibre Malchout (le désir de recevoir du plaisir) avec les mondes spirituels, est-ce que les mondes sont à l’intérieur d’une personne?

Ma réponse: La force spirituelle est en nous. Il n’y a rien à l’extérieur. Tout est à l’intérieur d’une personne: le Créateur, la créature et toute la création. S’il me semble qu’un monde extérieur existe, c’est parce que je ne vois pas la vérité, une perception corrigée.

Cependant, si je me vois en tant q’un monde entier et me soucis de devenir similaire à la Force Supérieure, si j’imagine constamment cette force comme donnant de plus en plus et étant aimante envers tous, alors au degré que je comprends et ressens cette force, j’organiserai tous mes désirs intérieurs et attributs pour m’unir aux autres. Tout ceci se passe en moi.

Il s’avère que je dois uniquement me corriger et ma perception du monde est entièrement en moi, et alors je corrige la réalité. La correction consiste donc, non pas en changeant mes relations avec les autres, mais dans la correction de ma perception actuelle que les autres existent à l’extérieur de moi et ne font pas partie de moi. Une fois cette chose découverte en moi, resterai-je égoïste?

Alors toute la réalité, ses parties extérieures et intérieures, semblera être une. Et même si j’ai atteint la véritable perception de la réalité et que tout ne me semble pas être un seul tout, ce n’est pas grave. L’apport le plus important de la science de la Kabbale est qu’une personne doit se corriger et uniquement elle.

Extrait du blog du kabbaliste Rav Michael Laitman(http://laitman.fr/2009/08/26/une-personne-est-un-monde-a-part-entiere/)